Daouda Azoupiou : « Cette année, les subventions permettront aux fédérations de s’équiper en matériels techniques en lieu et place du championnat»

Daouda Azoupiou : « Cette année, les subventions permettront aux fédérations de s’équiper en matériels techniques en lieu et place du championnat»

En marge de la cérémonie de clôture du premier Conseil d’administration de l’année 2020 du département des sports, le 5 juin dernier, le ministre s’es

En marge de la cérémonie de clôture du premier Conseil d’administration de l’année 2020 du département des sports, le 5 juin dernier, le ministre s’est prêté aux questions de la presse. Ainsi, Daouda Azoupiou s’est exprimé sur les questions d’actualité. Nous vous proposons les plus pertinentes.

Parmi les points positifs relevés figure les infrastructures. Peut-on s’attendre à ce que la dynamique se poursuive ?

Au niveau des infrastructures, le bilan est de l’ordre de 75% pour le taux financier mais plus de 80% pour le taux de d’exécution physique. Je dois tirer une grande satisfaction de ces différents taux et dire que nous ne devons pas dormir sur nos lauriers. Mais l’année prochaine, il faut faire mieux que ce que nous avons fait cette année. De ce point de vue l’ensemble des acteurs présents ont été interpellés pour que nous puissions travailler à améliorer le taux atteint cette année.

On imagine que cette année a été difficile dans le contexte COVID19 et insécurité. Que peut-on retenir, qu’est-ce qui a été fait ?

Nous avons passé au peigne fin les difficultés que nous avons rencontrées dans la mise en œuvre de nos missions. La COVID19 a frappé tous les Etats du monde mais également le Burkina Faso. Cela a obligé notre ministère à suspendre la plupart de nos activités. Nous avons analysé au peigne fin pour voir comment nous devons relancer nos activités. Vous savez très bien que parmi les activités suspendues il y avait le renouvellement des structures mais aussi l’ensemble des manifestations diligentées par les différentes fédérations. Après analyse, il est question que nous puissions relancer ces activités. Très bientôt, un arrêté sera pris entre le ministère des Sports et celui de la Santé qui permettra de savoir de quelle manière les activités vont être reprises au grand bonheur des sportifs.

Vous avez parlé de coopération, vers quel pays et vers quelles disciplines comptez-vous vous orienter ?

Nous avons déjà une coopération qui marche bien avec des pays comme Cuba dans la mesure où il y a des experts cubains qui sont là et qui nous accompagnent au quotidien. Il y a une coopération qui existe depuis très longtemps avec l’Allemagne, les Pays-Bas mais également avec la Chine aujourd’hui avec qui nous avons un partenariat qui est en train de se développer. C’est sans compter des pays comme l’Italie… En Afrique, nous avons des partenaires tels que la Côte d’Ivoire à travers le TAC (Traité d’amitié et de coopération, Ndlr).

Vous avez évoqué un arrêté en partenariat avec le ministère de la Santé concernant les conditions de reprise des activités sportives. Est-ce à dire que les championnats pourront reprendre cette année ?

Non. L’arrêté concerne la réouverture de nos infrastructures. Depuis que nous avons suspendu les activités, les infrastructures ont également été fermées et les usagers n’y avaient plus accès. Cet arrêté va donc permettre non seulement l’ouverture mais aussi les conditions d’accessibilité parce qu’il faut que les mesures barrières qui ont été édictées soient respectées. Cet arrêté donnera également l’occasion à toutes les organisations qui, d’habitude organisent des activités sportives et aérobiques de maintien de la santé de pouvoir reprendre dans les règles de l’art. Pour ce qui est des fédérations, il faut reconnaitre que l’année sportive pour ce qui concerne le football a été close. Pour les autres fédérations, nous sommes en train de regarder la saison 2020-2021 parce que nous avons déjà pratiquement consommé une grande partie du temps ce qui ne permet plus de relancer des activités. Dans tous les cas, il est prévu que l’ensemble de ces fédérations puissent fonctionner dans les règles de l’art, avoir les crédits de fonctionnement. Mais profiter également de cela pour s’équiper en matériels techniques. Je pense que ce sont de avantages qui sont donnés. Les subventions qui généralement allouées aux fédérations leur permettra cette année de s’équiper en lieu et place du championnat.

Entretien réalisé par Philippe BATIONO pour Letalon.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0