Boycott du Fasofoot par 8 clubs : « Nous ne sommes pas dans une logique de bras de fer avec la FBF »

Boycott du Fasofoot par 8 clubs : « Nous ne sommes pas dans une logique de bras de fer avec la FBF »

Depuis le démarrage du championnat national de première division le 18 septembre dernier, plusieurs rencontres n’ont pas eu lieu en raison de l’absenc

Depuis le démarrage du championnat national de première division le 18 septembre dernier, plusieurs rencontres n’ont pas eu lieu en raison de l’absence de certaines équipes. Ce lundi, les représentants de ces clubs étaient face à la presse pour expliquer leur action.

« Nous vous avons conviés ce matin pour vous entretenir d’une requête que nous avons introduite auprès du président de la FBF à l’effet de demander une relecture du règlement du règlement intérieur du championnat national, saison 2021-2021 ». Ce sont, d’entrée, les mots prononcés par Boukary Sawadogo, président du conseil d’administration de l’Etoile filante de Ouagadougou (EFO).

                        Le porte-parole du G8, Boukary Sawadogo, président du conseil d’administration de l’EFO

En effet, les huit clubs demandent notamment la prise en compte de leurs amendements sur quatre points fondamentaux (plus de détails ici). Ainsi, les clubs estiment que certains points contenus dans le règlement sont en défaveur des clubs.

Rappel des faits

Boukary Sawadogo laisse entendre qu’ils ont demandé que la relecture du règlement se fasse avant le début du championnat. Mais malheureusement, confie-t-il, le président de la FBF n’était pas présent à la réunion du 15 septembre. « Mais qu’à cela ne tienne, nous avons réaffirmé notre volonté d’une relecture du règlement intérieur signé le 21 août 2020 par le président sortant », relate le PCA de l’EFO.

Mais ayant constaté qu’aucune suite n’avait été donnée à leur requête, le groupe des huit a envoyé une autre correspondance le 17 septembre, veille du début du championnat. Mais cette dernière correspondance n’a également pas eu de suite. Pire, le championnat a démarré avec le règlement intérieur querellé. Logique donc que les clubs n’y aient pas participé. « Malheureusement, au lieu de nous inviter pour nous écouter, le président Banssé a préféré brandir le bâton, laissant entendre que le règlement sera appliqué dans toute sa rigueur », a-t-il regretté.

Les points querellés

Concernant l’assurance, le G8 confie que la somme d’un million 500 mille est déduite de la subvention des clubs depuis 2018. Mais, il n’y a pas de reçu de paiement pour l’assurance. Pire, les clubs sont pourtant les bénéficiaires de l’assurance ne connaissent pas les sinistres. Toute chose qui ne leur permet pas de mieux appréhender la question de l’assurance de leurs joueurs.

                                               Lassina Sawadogo, secrétaire général de Rahimo FC

Aussi, pour ce qui concerne la question des maillots. Le secrétaire général de Rahimo football club Lassina Sawadogo a regretté le fait qu’en plus de la sanction financière de 25 000, le règlement prévoit cette saison le retrait d’un point pour chaque match disputé sans la présence du sponsor officiel sur le maillot. Il estime que cela dessert beaucoup les clubs, car cela ferme la porte à d’éventuels sponsors.

Les deux autres points sont évidemment la baisse des frais de réclamations de 50 000 F à 25 000 F ainsi que la subvention qui devrait être de 30 millions conformément à la promesse du président de la FBF.

Un règlement imposé

Contrairement à ce qui se disait, le groupe des huit clubs a expliqué que le championnat national n’avait jamais été adopté en assemblée générale. « Nous avons reçu un draft de la Ligue qui a demandé de faire des amendements. Mais, les amendements n’ont jamais été pris en compte. Et le règlement a été signé le 21 août 2020 par le président sortant la veille de l’Assemblée générale qui a eu lieu le 22 août », clarifie le porte-parole, Boukary Sawadogo.

                                  Colonel Yacouba Ouédraogo, président et fondateur de SALITAS FC

Ainsi, les représentants des huit clubs ont laissé entendre qu’ils n’avaient pas peur des menaces. Par conséquent, ils maintiendraient la lutte jusqu’à ce que le règlement du championnat soit relu. « Nous ne sommes pas dans une logique de bras de fer avec la FBF. Nous voulons simplement qu’elle nous écoute », indique le PCA de l’EFO.

Pour rappel, au sortir de la rencontre, il a été annoncé la tenue d’une rencontre demain mardi entre les clubs de D1 et la FBF.

Par Philippe BATIONO pour Letalon.net

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0